Partagez | .
 

 F.V ; So thanks for making me a fighter.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MISSIVES : 50
DOLLARS : 111
AGE : 40 ans
JOB : Avocat des causes perdues, lanceur d'alerte, ex-ennemi public n°1, emmerdeur public n°1.
RANG : Démocrate, paraît-il.

PASSION : Son travail, le cinéma, l'Histoire, provoquer !
VICE/VERTU : La persévérance.
HUMEUR : Excellente.

COTE COEUR : Célibataire devant l'éternel.
HYMNE : Holiday - Green Day
QG : Unknown


Message(#) Sujet: F.V ; So thanks for making me a fighter. Ven 26 Juil - 9:19


Ronald Reagan


FRANCIS VICKERS
« Il est plus facile d'être héros qu’honnête homme. Héros nous pouvons l'être une fois par hasard ; honnête homme il faut l'être toujours. »

PERSONNAGE
RPLAYER
Age › 40 ans exactement.
Date de naissance › Le 3 Mars 1973.
Lieu de naissance › Francis est né ici, à Washington. Que de pérégrinations pour finalement retourner au point de départ…
Rang › Démocrate sur le papier, en réalité il se targue de n’appartenir à aucun courant politique. Chaque gouvernement a ses casseroles et ses secrets inavouables…
Orientation › Hétérosexuel.
Vice/vertu › La persévérance. Malgré les obstacles et ses nombreux détracteurs, Francis est quelqu’un d’extrêmement déterminé et entêté qui ne déviera jamais de son objectif et de sa ligne conductrice. Evidemment il n’est pas exempt de vices, et The Spectator pourrait bien en apprendre de belles sur son compte !
Passion › Si Francis est passionné par son travail et le citerait comme sa passion première, c’est aussi un grand amoureux de cinéma (ses connaissances sur le sujet sont quasi-encyclopédiques), un grand amateur de piano qui pratique très régulièrement depuis ses dix ans et a même travaillé comme pianiste dans des cabarets à une époque ; et plus récemment, il s’est mis à s’intéresser de plus en plus à l’Histoire. S’il devait reprendre des études, c’est sûrement ce qu’il étudierait !
Profession › Après un tumultueux passé de journaliste, d’agent de la CIA, de fugitif, de prisonnier, de pianiste de bar, d’assistant dans un cabinet juridique, Francis est devenu avocat et est à la tête d’un cabinet pour le moins controversé : Whistleblowers & Anonymous, un cabinet qui se charge de défendre les agents de l’Etat ou citoyens anonymes qui ont osé se dresser contre le système et encourent des peines de prison pour avoir écouté leur conscience. Autant dire qu’il faut être un poil suicidaire pour rejoindre ce cabinet, mais Francis en est très fier et s’est constitué une équipe de choc, et ce cabinet de la dernière chance commence à prendre de l’ampleur…
Groupe › Juriste.
Anecdote › Tout le monde traîne ses casseroles, Francis aussi, certaines par sa faute, d'autres pas. Sachez juste pour le moment qu'il est surveillé médicalement pour une tumeur bénigne au rein.
Pseudo › OSS 117 (non c’est pas mon vrai pseudo mais je n’en ai pas xD)
Age › 20 ans.
Multicomptes › /
Comment avez-vous connu le forum › Sur PRD, où je ne suis pas inscrite mais où je suis les projets et forums !
Crédits pour la fiche › Tumblr
Disponibilités › Normalement quotidienne, sauf cas exceptionnel.
Code du règlement › Ok by Cait.
Code à remplir ›
Code:
[color=#DC143C][b]Leonardo Dicaprio[/b][/color] ➔ Francis VICKERS


SURTOUT NE RÉVÉLEZ PAS VOS 3 SECRETS. Improbable personnage que Francis Vickers dans le monde empoisonné de la politique ; et pourtant comme il le dit lui-même, il faut bien quelques ahuris dans son genre pour venir bousculer un peu ces messieurs-dames qui se croient à l’abri dans leurs petits mensonges. Figure controversée de la vie publique, bouc émissaire idéal autant qu’insaisissable, il est le pire ennemi de la majorité de la classe politique et le nouveau héros des parias tel que les soutiens de Wikileaks ou Anonymous. Persona non grata s’assumant à outrance et revendiquant sa mise à l’écart comme une liberté, il laisse rarement indifférent… Et nous espérons qu’il en sera de même pour toi, cher lecteur. Tends donc l’oreille, l’histoire qui va suivre n’est pas des plus banales !

Né à Washington en 1973, Francis Thimothy Vickers avait tout pour réussir sans embûches dans la vie. Fils unique d’une famille aisée, son père David est un éminent professeur de physique à l’université de la ville et travaillait régulièrement avec l’armée américaine avant que son nom ne soit entaché par les déboires de son fils. Sa mère, Esther, était journaliste avant de décéder d’un cancer du sein alors que Francis avait vingt ans. Enfant turbulent, mais brillant, Francis a montré très tôt un esprit inquisiteur et polémiste, n’hésitant jamais à poser des questions inhabituelles à un professeur pour le seul plaisir de le prendre en défaut, ou pire, le contredire. Amusant les enseignants qui avaient assez de patience pour le supporter, faisant le cauchemar des autres, les bulletins de Francis sont truffés de commentaires très disparates, allant de « élève curieux et intéressé, de grandes capacités, continuez ainsi ! » à « bavard, insolent, doit apprendre à rester à sa place ! » en passant par « finira mal s’il n’apprend pas à tenir sa langue ». De jolies prédictions pour le jeune garçon quand on sait ce qu’il sera amené à devenir…

De gamin agité et fanfaron sur les bancs de l’école, Francis devint un adolescent non moins turbulent et provocateur, mais son enthousiasme pour les études (mais pas pour les examens) et le monde qui l’entourait n’avait de cesse de grandir. Passionné par l’actualité, les conversations avec sa mère étaient nombreuses et surtout très longues, la mère et le fils restant parfois debout jusqu’à 2h du matin devant un café pour débattre de tel ou tel sujet brûlant à la une des journaux. Se sentant l’esprit aventureux et audacieux, Francis avait conçu avant même d’avoir atteint dix-sept ans l’ambition de devenir un grand reporter. Dynamique, enthousiaste, doué pour l’écriture et la communication, son avenir semblait tout tracé. Son grand rêve ? Partir en URSS pour couvrir la Guerre Froide au beau milieu du camp ennemi. Il n’en fallait pas moins pour cet aventurier admirateur de James Bond et des grands reporters de guerre…

A dix-neuf ans, il décrocha brillamment l’équivalent du baccalauréat (malgré sa scolarité catastrophique, en montagnes russes... Il appelle ça le talent !) et intégra l’université de Columbia à New York pour étudier le journalisme. Il s’y est démarqué par son implication très active dans toutes sortes d’activités extra-scolaires, en devenant notamment le rédacteur en chef du journal de l’université, le vice-président de la branche de la fac de Reporters Sans Frontières qu’il a fondée avec un camarade, secrétaire de la Debating Society, et remarquable joueur de rugby. Tout au long de ses quatre années d’étude, Francis n’eut de cesse de se faire remarquer ; sa personnalité éclatante et volcanique entraînait son entourage dans son sillage, sa passion pour tout ce qu’il entreprenait et sa réussite flagrante ne cessaient de surprendre autant que de séduire. Ces années estudiantines ne posèrent peut-être pas les prémices de sa carrière inattendue, mais elles annoncèrent clairement quel genre d’homme il allait être amené à devenir : un leader, fonceur et passionné, un bulldozer ne reculant devant aucun obstacle pour accomplir ses objectifs et réaliser ce en quoi il croyait. Un tourbillon bousculant tout sur son passage et une personnalité parfois écrasante pour ceux qui n’ont pas la chance de s’affirmer autant que lui. D’histoire d’amour on ne lui connut pas vraiment : plus intéressé par ses études, son avenir et ses multiples passions, les filles ne l’intéressaient que brièvement, et après être sorti avec l’une pendant quelques mois ou semaines, il passait rapidement à autre chose. On ne peut pas être une tempête ambulante et se fixer bien longtemps, surtout à à peine plus de vingt ans…

La mort de sa mère trois ans avant l’obtention de son diplôme lui causa un grand chagrin, qui se traduisit par une ardeur redoublée dans son travail et ses projets. Elle qui avait toujours été un modèle pour lui, lui ayant donné de nombreux conseils, lui ayant inculqué ce qui serait plus tard son éthique de journaliste puis d’avocat, devint dans son esprit une figure presque mythologique, un pilier sur lequel s’appuyer pour se remotiver dans ses rares moments d’abattement. Des années plus tard, pour lui rendre hommage, Francis donnera son nom au code de déontologie de son cabinet d’avocat, « le code Esther ».

A vingt-quatre ans, en 1997, Francis sort de l’université avec son diplôme en poche, obtenu avec les félicitations du jury. Refusant déjà de rentrer dans un moule, Francis s’installe à son compte comme journaliste freelance et profite de son statut de célibataire et de l’argent de son père pour se spécialiser dans les reportages à l’étranger ; la Guerre Froide étant terminée depuis plus de six ans (l’un des grands regrets de sa vie étant de ne pas y avoir participé comme reporter), il s’intéresse à la situation fragile en Afrique du Nord, aux pays de l’ex-URSS, à la Chine et à la Corée. Partant régulièrement en voyage aux quatre coins du monde, le jeune homme en ramène des reportages chocs qu’il vend à différents journaux et n’hésite jamais à prendre des risques, sur place, pour obtenir les informations les plus sûres et les plus confidentielles. Son talent pour l’investigation finit par attirer l’attention de la CIA, qui après quelques hésitations –peut-on vraiment faire confiance à un journaliste ?-, finit par le recruter dans ses services comme agent de terrain. Son métier de reporter lui servit de parfaite couverture, et ce nouveau job excita  d’autant plus son sens de l’aventure et de l’extraordinaire. Francis n’aurait jamais pu demander meilleure promotion. Aventurier, doté d’un grand sens de la justice et de l’éthique, s’auto-proclamant chevalier de la vérité et de la transparence, quelle meilleure chance que celle de protéger son pays en découvrant les sombres plans secrets des autres ?

C’est avec enthousiasme qu’il se lança dans cette nouvelle double vie, voyageant presque sans arrêt de 1999 à 2003, cette dernière année marquant un revirement radical dans la vie de l’espion et journaliste. Envoyé en Irak avec les troupes de l’ONU pour couvrir la guerre, il remarqua une fois sur place les profonds dysfonctionnements de l’armée américaine vis-à-vis de la population civile aussi bien que les prisonniers. Délits de faciès, arrestations arbitraires, paranoïa délirante vis-à-vis des musulmans suite au 11 septembre 2001, Francis cessa de mener l’enquête sur de possibles terroristes et, toujours en prétendant écrire ses articles, se mit à observer ses propres compatriotes. Quelques mois plus tard, Francis avait acquis la conviction que l’attitude de l’armée se disant de libération était celle d’une armée de dictature, et que sous certains aspects les militaires de son pays n’avaient rien à envier aux hommes de Saddam Hussein. Se désintéressant des conflits purement politiques, il s’était tourné vers la population civile et à force d’enquêtes avait réussi à monter un énorme dossier de presse sur les horreurs commises par l’armée américaine pour coloniser l’Irak et mettre la main sur ses extraordinaires ressources pétrolières et d’armement. Plus ses investigations progressaient, plus il trouvait de preuves des raisons « officieuses » de l’implication des Etats-Unis dans le conflit : de libération et d’humanisme il n’était plus question, tout n’était que géopolitique, intérêt et prolongation de la guerre. Désillusionné, révulsé par les horreurs dont il fut témoin direct ou indirect, et par esprit de revanche pour avoir été ainsi berné par son propre gouvernement (comme si on pouvait se permettre de l’utiliser comme un pion !), Francis ne réfléchit pas d’avantage et balança son dossier à Amnesty International, qui le publia avec d’autres articles le 23 Juillet 2003. Pour Francis Vickers, c’était le début de la fin.

Ses révélations brûlantes sur les conditions d’occupation par l’armée américaine firent grand bruit aux Etats-Unis et lui valurent de se faire aussitôt renvoyer de la CIA ; quelques jours plus tard, son nom était diffusé dans la liste des traître au gouvernement et dans les journaux télévisés. « L’homme qui défendait l’islamisme », voilà comment on présentait celui qui osait prendre la défense des prisonniers irakiens torturés en prison ou les simulacres de procès organisés pour les déserteurs. Dix jours plus tard, Francis quittait l’Amérique.

Francis avait trente ans, quelques économies de sa carrière de journaliste fauchée en plein vol, un avenir décidément bien flou, et une vie à construire. Mais quand on n’a rien sinon que de l’énergie, de l’ambition et de l’imagination à revendre, et qu’on a les services secrets aux trousses pour une sombre affaire de bombe médiatique, que faire ? Pour Francis, la réponse était simple : repartir, encore et toujours. Il quitta l’Amérique pour mettre le cap sur l’Amérique du Sud dans un premier temps, mais n’y stationna que quelques semaines ; sa débrouillardise de journaliste d’investigation lui avait permis de trouver les bons contacts pour trouver des papiers et dérogations pour voyager en Europe avec un risque diminué de se faire repérer. La CIA ne comprit que trop tard quelle direction le fugitif avait prise ; sa photo faisait la une des journaux alors qu’il était déjà arrivé depuis plusieurs semaines à Londres où il s’établit dans le petit quartier de Brixton. Son plan ? Apprendre au moins une autre langue pour pouvoir encore se déplacer en Europe et brouiller un peu plus les pistes. Louant un petit studio dans le « cœur jamaïcain » de la capitale anglaise, il trouva rapidement du travail en faisant appel à ses talents de pianiste –et ne remercia jamais autant ses parents de l’avoir forcé à apprendre de cet instrument quand il était petit que ce jour-là – et en travaillant comme musicien dans un café jazz. Ainsi commençait sa vie de vagabond, dormant le jour, se levant en milieu d’après-midi pour surveiller l’actualité –surtout celle le concernant- et partant de chez lui en début de soirée pour aller jouer quelque quatre ou cinq heures d’affilé pendant que les clients vidaient verre sur verre ou dînaient en tête à tête avec une charmante conquête d’un soir. Début d’une vie de bohême qui seyait certainement à son côté artiste et rêveur, mais pas le moins du monde à sa personnalité fonceuse, aventurière et combative. Il se mit à fumer –une habitude dont il ne put plus se départir par la suite, malgré sa trentaine de tentatives inabouties- et commença à noyer ses préoccupations et son ennui au cinéma du coin où il passait le plus clair de son temps libre. Sa révélation ? Le cinéma de la Nouvelle Vague français, et en particulier le film « Tirez sur le Pianiste ». Après tout, Charles Aznavour en pianiste paumé se noyant dans son ennui, c’était un peu lui… Non ?

Francis passa deux ans à Londres ; deux années aussi longues que mornes, durant lesquelles le jeune homme alternait des passages de profond abattement et d’optimisme sur sa situation. Un jour il se persuadait que tout s’arrangerait et qu’il pourrait rentrer en Amérique, reprendre son travail, et se remettre au service de la liberté d’expression et des droits de l’homme ; et le lendemain il replongeait dans les méandres de la déprime, brouillard sombre qui l’étouffait peu à peu aussi sûrement qu’un oreiller sur la figure. Aujourd’hui, il préfère éviter de repenser à cette période faite de doutes, de noirceur, de nuits sans fin et de monotonie mortelle.

Après deux ans de trou noir, le jeune homme décida de prendre ses cliques et ses claques et mit le cap sur l’autre côté de la Manche : la France ! Il savait qu’à Pigalle, on lui tendrait les bras avec ses talents de musicien : grand mal lui en prit, car si lui avait momentanément oublié qu’il était réellement en danger, les agents de la CIA eux ne l’avaient pas oublié. Ce nouveau mouvement de sa part fit repartir l’enquête à son sujet, et ce n’est que de justesse qu’il échappa à l’arrestation à l’aéroport d’Heathrow. Finalement, il gagna Paris en bus en faisant croire qu’il s’y rendrait en train. Cet évènement eut le mérite de lui donner un bon coup d’électrochoc : certain maintenant qu’on le recherchait toujours, il décida immédiatement de préparer sa riposte. Il ne se faisait guère d’illusions : tôt ou tard, on finirait par le retrouver, et ce jour-là il valait mieux qu’il soit prêt. Une fois en France, Francis se dégotta un nouveau nom, une nouvelle identité, une nouvelle vie, un nouvel abri, et reprit son activité dans les bas fonds de la ville. Sachant pertinemment qu’il aurait besoin d’argent s’il voulait s’en tirer face à la CIA, il chercha divers moyens de financement –entreprise dans laquelle il réussit, mais l’histoire ne nous dit pas encore comment…

De nouveau sur le pied de guerre, Francis reprenait espoir et, en plus de son travail de pianiste (dans plusieurs cabarets) se lança avec plus d’ardeur encore dans une nouvelle initiative : suivre des cours de droit pour être en mesure d’assurer sa défense s’il devait retourner aux Etats-Unis. S’arrangeant pour suivre des conférences au Collège de France et fréquenter les bibliothèques, il se lança avec ardeur dans cette nouvelle tâche tout en suivant l’actualité des Etats-Unis, les guerres en Irak et en Afghanistan, et publia un certain nombre d’articles incendiaires sur des journaux en ligne sans jamais revendiquer son identité. Peu à peu, il acquit la certitude que sa place n’était pas à Paris à se cacher en attendant qu’on veuille bien le débusquer. Francis le lion avait refait surface : puisqu’on le cherchait, il allait venir lui-même ! Avec une certaine somme d’argent en poche, de nouvelles notions de droit, son bagout et son intelligence en bandoulière, il forma le plan complètement suicidaire, mais tellement en accord avec son absence de limites : retourner à Washington, se livrer à la police, et assurer son propre procès d’une main de maître. Il savait par les journaux et internet qu’il jouissait d’une certaine sympathie du public et de la presse, et le journaliste qu’il était savait pertinemment que s’il pouvait avoir la presse américaine, voire mondiale, ainsi que des ONG dans la poche, il était sorti d’affaire… « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ». Et de fait, Francis mit son plan à exécution.

De retour à Washington, Francis (qui avait voyagé sous son vrai nom) avait été accueilli par un comité d’agents de la CIA, de la police, et d’une horde de journalistes ravis de voir cette vieille affaire ressurgir. Cinq ans s’étaient écoulés, nous étions en 2008. Jeté en détention en attendant son procès, Francis mit les rouages de l’opération en marche : depuis sa cellule, il parvint à mobiliser ses anciens contacts journalistiques, et le réseau fit son office. A force de manœuvre de communication et, il faut le dire, de manipulation –mais qu’est-ce que la politique sinon cela ?- il réussit à constituer autour de lui un comité de soutien et trouva ses alliés dans la lutte pour sa liberté. Arthur Monroe, jeune avocat brillant en quête de notoriété et d’affaires hors du commun, accepta d’assurer sa défense, et aujourd’hui encore Francis se sent redevable envers lui et n’hésite pas à lui filer un coup de main de temps en temps, même si les clients de son ex-avocat ne sont pas toujours de son goût… Avec l’aide de plusieurs journaux, d’Amnesty International, de Reporters Sans Frontières, de l’assocation PEN et beaucoup d’autres, Francis et Arthur remportèrent la bataille de la communication et de la popularité. Et dans une affaire de ce genre, qui remporte la bataille de l’opinion publique gagne la guerre… Un peu plus d’un an après son arrestation à Washington, Francis était libéré. Une épée de Damoclès pendait toujours au-dessus de sa tête, mais il était un homme libre et vivant. Triomphant, porté aux nues par les défenseurs de la liberté d’expression et de la justice. Le lanceur d’alerte qui avait gagné le combat contre le système. Il y avait là au moins de quoi faire un film… Et Francis, lui, savourait cette victoire sans pareille. Il en avait bien le droit, non ?

A trente-six ans, Francis pouvait enfin reprendre une vie normale. Retrouvant très rapidement un boulot comme assistant dans un cabinet d’avocat afin de poursuivre sa découverte du droit, il s’installa dans un appartement en centre-ville avec Helen, une jeune femme qui l’avait soutenu tout au long de son procès et avec qui il avait noué une relation amoureuse relativement particulière. Mais une fois le combat contre le gouvernement gagné, le couple se mit à battre de l’aile, et moins d’un an plus tard, après de nombreuses ruptures (dues aux attentes trop élevées d’Helen et de l’instabilité de Francis qui, malgré sa force de caractère, avait besoin de temps pour se remettre de son année en prison qui n’avait pas été sans lui laisser de séquelles) ils se séparaient. De nouveau seul, Francis se remit à chercher un nouveau projet dans lequel jeter toute sa fabuleuse énergie : l’affaire Wikileaks en 2010 et l’arrestation de Bradley Manning lui fournit la réponse. Comment ne pas s’identifier à ce jeune soldat qui payait au prix cher son honnêteté ? Comment ne pas reconnaître en Julian Assange et ses acolytes sa propre idéologie anarchiste de la transparence ? La résolution de Francis fut aussitôt prise : avec ses économies, l’aide de son patron et celle d’Arthur Monroe, encore une fois son coup de pouce dans cette aventure, il fonda un cabinet d’avocats bien particulier qu’il baptisa Whistleblowers and Anonymous. Le principe était simple comme bonjour : lui et ses collaborateurs défendraient à n’importe quel prix toute personne se retrouvant aux prises avec la justice pour des raisons injustifiées, et surtout les fameux lanceurs d’alerte et autres citoyens qui osaient se dresser contre le gouvernement pour écouter leur conscience et non pas la propagande de l’Etat. Grâce à sa notoriété (qu’il prit bien soin d’entretenir grâce à ses alliés journaleux), l’ouverture du cabinet fut très médiatisée et la clientèle ne se fit pas attendre. Le cabinet est aujourd’hui encore petit, mais le travail ne manque pas. Francis poursuit ses études pour se perfectionner en droit, mais l’université de Washington lui a décerné un diplôme à titre honorifique. Il n’exerce pas le métier au barreau, mais mène son cabinet d’une main de maître et coordonne tous les procès auxquels il participe, si bien que tout un chacun le croit bel et bien de la profession. D’ailleurs il n’hésite jamais à participer en tant qu’expert et consultant au côté de l’avocat délégué de son cabinet !
Aujourd’hui, à quarante ans exactement, Francis Vickers semble être au sommet de sa gloire. Toujours célibataire, mais très populaire et sociable, l’opinion publique l’adore et le gouvernement rêverait de le voir tomber ; ce qui n’est pas pour demain, s’amuse-t-il à dire quand il croise ses ennemis dans les couloirs d’un tribunal ou à une soirées mondaine ou un évènement de la vie politique auxquels il se rend très régulièrement. Il est l’image de son cabinet et en joue à merveille : Francis Vickers est partout, connaît tout le monde, et reste sous le feu des projecteurs en permanence, acceptant sans broncher la pression que cela implique. Mais n’allez pas le croire hors de danger : s’il a été libéré, la CIA n’est pas décidée à le laisser en paix et pourrait bien mettre la main sur certaines informations qui suffiraient pour le renvoyer devant un tribunal et renverser l’opinion du public à son sujet. Là est le principal risque qu’il encourt, surtout depuis la mort du président et l’apparition de The Spectator : s’il admire sincèrement l’initiative, il sait très bien que certains éléments de ses années européennes feraient mieux de rester cachées… Francis Vickers grimpe, grimpe, grimpe encore, mais pour le moment, Dieu seul sait de quel côté de la corde ce funambule va retomber. La saga Vickers est loin d’être terminée !


Si tu étais un livre › "Tinker Tailor Soldier Spy", de John Le Carré.
Si tu étais un film › "Walkyrie", l'histoire d'un officier allemand qui s'est rebellé contre le Troisième Reich. Klaus von Stauffenberg est l'un des héros de Francis !
Si tu étais une chanson › "Take Five" de Dave Brubeck, une chanson de jazz entraînante et entêtante.
Si tu étais un rêve › Une utopie où la justice et la vérité règneraient sans partage.
Si tu étais une crainte › La crainte de la servitude.
Si tu étais un animal › Le tigre, impétueux et redoutable !
Si tu étais un objet › Son téléphone portable, son meilleur outil de travail.
Si tu étais un élément › Le feu bien entendu !



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



Somebody's eyes are watching,
Somebody's out there, waiting for the show...


Dernière édition par Francis Vickers le Jeu 8 Aoû - 22:00, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 260
DOLLARS : 383
AGE : 20 ans
JOB : (Officiellement) étudiante en gestion / (Officieusement) prostituée
RANG : Démocrate

PASSION : Acheter des vêtements de luxe <3
VICE/VERTU : Luxure
HUMEUR : Toujours bonne :)

COTE COEUR : C'est compliqué ...
HYMNE : Your Body - Christina Aguilera
QG : Démocrates


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Ven 26 Juil - 9:28

Ah ben tu n'as pas traîné cool 

Du coup bienvenue officiellement et si tu as d'autres questions n'hésite pas à me MPotter  

Et je veux unliendelamortquitue  

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 50
DOLLARS : 111
AGE : 40 ans
JOB : Avocat des causes perdues, lanceur d'alerte, ex-ennemi public n°1, emmerdeur public n°1.
RANG : Démocrate, paraît-il.

PASSION : Son travail, le cinéma, l'Histoire, provoquer !
VICE/VERTU : La persévérance.
HUMEUR : Excellente.

COTE COEUR : Célibataire devant l'éternel.
HYMNE : Holiday - Green Day
QG : Unknown


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Ven 26 Juil - 9:28

C'est que j'étais motivée puppy eyes 

Merci pour ton aide en tout cas  ça va carburer dans les neurones jusqu'à la semaine prochaine 8D

Quant au lien... je veuuuux du lien dlamortkitue, du tordu, tout ce que tu veux evil 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



Somebody's eyes are watching,
Somebody's out there, waiting for the show...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 260
DOLLARS : 383
AGE : 20 ans
JOB : (Officiellement) étudiante en gestion / (Officieusement) prostituée
RANG : Démocrate

PASSION : Acheter des vêtements de luxe <3
VICE/VERTU : Luxure
HUMEUR : Toujours bonne :)

COTE COEUR : C'est compliqué ...
HYMNE : Your Body - Christina Aguilera
QG : Démocrates


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Ven 26 Juil - 9:31

Haha on va bien s'entendre alors ^^

Contente que le forum te plaise et te donne plein d'idées  

Et je m'occupe de régler le problème d'affichage  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DON'T BREAK ME DOWN
I'VE BEEN TRYING TOO HARD

MISSIVES : 244
DOLLARS : 178
AGE : 25 ans
JOB : Recrue de la CIA
RANG : Démocrate

PASSION : Aucune
VICE/VERTU : La persévérance
HUMEUR : Insipide

COTE COEUR : Everything is dark
QG : Unknown


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Ven 26 Juil - 10:58

Quel avatar ! Quel choix ! Il va parfaitement avec ton idée d'histoire que j'ai pu lire dans ta demande de conseils you rock Comme l'a dit Cassie, n'hésite pas à nous contacter pour quoi que ce soit et je te souhaite bon courage pour ta fiche. tongue 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

i don't have a breaking point
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 50
DOLLARS : 111
AGE : 40 ans
JOB : Avocat des causes perdues, lanceur d'alerte, ex-ennemi public n°1, emmerdeur public n°1.
RANG : Démocrate, paraît-il.

PASSION : Son travail, le cinéma, l'Histoire, provoquer !
VICE/VERTU : La persévérance.
HUMEUR : Excellente.

COTE COEUR : Célibataire devant l'éternel.
HYMNE : Holiday - Green Day
QG : Unknown


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Ven 26 Juil - 12:15

Merci beaucoup jolie Lauren <3  je ferai ce qu'il faut pour ne pas vous décevoir, et je vais de ce pas trouver des secrets bien compromettants pour the Spectator plotting 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



Somebody's eyes are watching,
Somebody's out there, waiting for the show...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SO CAN WE CHANGE OR
IS THIS SURRENDER?

MISSIVES : 802
DOLLARS : 559
AGE : 24 ans
JOB : étudiante en littérature
RANG : démocrate

PASSION : la culture européenne
VICE/VERTU : la persévérance
HUMEUR : taquine

COTE COEUR : célibataire officiellement, officieusement amoureuse de Caitlin avec laquelle elle a rompu pour la énième fois.
QG : Démocrates


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Ven 26 Juil - 22:08

jaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaack

comment te dire, je suis amoureuse de Leo, moi aussi je veux un lien de la mort qui tue.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


i'm mad, you're mad,
we're all made here


Dernière édition par Tiffany Wellington le Sam 3 Aoû - 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 50
DOLLARS : 111
AGE : 40 ans
JOB : Avocat des causes perdues, lanceur d'alerte, ex-ennemi public n°1, emmerdeur public n°1.
RANG : Démocrate, paraît-il.

PASSION : Son travail, le cinéma, l'Histoire, provoquer !
VICE/VERTU : La persévérance.
HUMEUR : Excellente.

COTE COEUR : Célibataire devant l'éternel.
HYMNE : Holiday - Green Day
QG : Unknown


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Sam 3 Aoû - 21:26

Merci Tiffany pour ton accueil ! puppy eyes 

Et merci aux admins pour le délai accordé, je suis de retour de vacances, je ferai donc tout pour finir ma fiche demain ! are you there 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



Somebody's eyes are watching,
Somebody's out there, waiting for the show...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 260
DOLLARS : 383
AGE : 20 ans
JOB : (Officiellement) étudiante en gestion / (Officieusement) prostituée
RANG : Démocrate

PASSION : Acheter des vêtements de luxe <3
VICE/VERTU : Luxure
HUMEUR : Toujours bonne :)

COTE COEUR : C'est compliqué ...
HYMNE : Your Body - Christina Aguilera
QG : Démocrates


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Dim 4 Aoû - 6:12

Pas de soucis prends ton temps ! J'ai hâte de voir ce que tu vas nous faire  

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 348
DOLLARS : 195
AGE : 24 years old
JOB : Fils du secrétaire au trésor. Assistant à la chambre sénatoriale
RANG : Républicain

PASSION : La grande cuisine
VICE/VERTU : Gourmandise / La Persévérance
QG : Républicains


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Dim 4 Aoû - 8:18

Bienvenue.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 219
DOLLARS : 131
AGE : 26 ans.
JOB : Secouriste. Bénévole pour le parti démocrate.
RANG : Démocrate.

PASSION : Coucher avec le premier venu. Puis viens ensuite le reste.
VICE/VERTU : La luxure.
COTE COEUR : Célibâtard.
QG : Démocrates.


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Dim 4 Aoû - 17:49

Leeeeeo ! Bienvenue sur TS !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


MAYBE THIS TIME I'LL BE YOURS YOU'LL BE MINE. CRAZY GET YOUR ASS IN MY BED.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 50
DOLLARS : 111
AGE : 40 ans
JOB : Avocat des causes perdues, lanceur d'alerte, ex-ennemi public n°1, emmerdeur public n°1.
RANG : Démocrate, paraît-il.

PASSION : Son travail, le cinéma, l'Histoire, provoquer !
VICE/VERTU : La persévérance.
HUMEUR : Excellente.

COTE COEUR : Célibataire devant l'éternel.
HYMNE : Holiday - Green Day
QG : Unknown


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Lun 5 Aoû - 20:32

Merci les gars pour votre accueil **

Première partie postée, je terminerai sûrement demain ou après-demain \o/ *on y croiiit*

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



Somebody's eyes are watching,
Somebody's out there, waiting for the show...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 91
DOLLARS : 308
AGE : 34 ans
JOB : Avocat en droit international, conseiller juridique en politique, professeur honoraire à Georgetown
RANG : Républicain pour le public, sans étiquette pour le privé

PASSION : l'Histoire
VICE/VERTU : Persévérance
HUMEUR : Débonnaire

COTE COEUR : Son travail...?
HYMNE : Nightcall - Kavinski
QG : Républicains


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Lun 5 Aoû - 20:54

YOU!!!! OSS, je t'ai reconnue

Ravie de voir que nous avons été séduites en même temps et évidemment, il faut qu'on se prépare un top-lien comme on en fait de si beaux (a)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


« La justice, cette forme endimanchée de la vengeance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 50
DOLLARS : 111
AGE : 40 ans
JOB : Avocat des causes perdues, lanceur d'alerte, ex-ennemi public n°1, emmerdeur public n°1.
RANG : Démocrate, paraît-il.

PASSION : Son travail, le cinéma, l'Histoire, provoquer !
VICE/VERTU : La persévérance.
HUMEUR : Excellente.

COTE COEUR : Célibataire devant l'éternel.
HYMNE : Holiday - Green Day
QG : Unknown


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Lun 5 Aoû - 21:02

Héhé, chère Corleone   Je suis plus que méga-ravie de te retrouver ici, je suis sûre que notre futur lien qu'on a pas encore trouvé va déménager, comme d'hab (a)

(tiens t'as vu, nos vavas correspondent presque... bras croisés et tout et tout 8) )

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



Somebody's eyes are watching,
Somebody's out there, waiting for the show...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 91
DOLLARS : 308
AGE : 34 ans
JOB : Avocat en droit international, conseiller juridique en politique, professeur honoraire à Georgetown
RANG : Républicain pour le public, sans étiquette pour le privé

PASSION : l'Histoire
VICE/VERTU : Persévérance
HUMEUR : Débonnaire

COTE COEUR : Son travail...?
HYMNE : Nightcall - Kavinski
QG : Républicains


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Lun 5 Aoû - 21:15

(oui j'ai d'ailleurs préféré mettre un vava de....psychopathe.....eheh)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


« La justice, cette forme endimanchée de la vengeance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 50
DOLLARS : 111
AGE : 40 ans
JOB : Avocat des causes perdues, lanceur d'alerte, ex-ennemi public n°1, emmerdeur public n°1.
RANG : Démocrate, paraît-il.

PASSION : Son travail, le cinéma, l'Histoire, provoquer !
VICE/VERTU : La persévérance.
HUMEUR : Excellente.

COTE COEUR : Célibataire devant l'éternel.
HYMNE : Holiday - Green Day
QG : Unknown


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Jeu 8 Aoû - 22:00

Minuit pile, et ENFIN terminé ! casquette  La parole est donc à vous chères admins, en espérant que cela vous plaise can\'t see it 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



Somebody's eyes are watching,
Somebody's out there, waiting for the show...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 260
DOLLARS : 383
AGE : 20 ans
JOB : (Officiellement) étudiante en gestion / (Officieusement) prostituée
RANG : Démocrate

PASSION : Acheter des vêtements de luxe <3
VICE/VERTU : Luxure
HUMEUR : Toujours bonne :)

COTE COEUR : C'est compliqué ...
HYMNE : Your Body - Christina Aguilera
QG : Démocrates


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Ven 9 Aoû - 6:31

Haah le moment tant espéré !!
Si Cait ne vient pas avant tu auras ça pour 9h wink

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 260
DOLLARS : 383
AGE : 20 ans
JOB : (Officiellement) étudiante en gestion / (Officieusement) prostituée
RANG : Démocrate

PASSION : Acheter des vêtements de luxe <3
VICE/VERTU : Luxure
HUMEUR : Toujours bonne :)

COTE COEUR : C'est compliqué ...
HYMNE : Your Body - Christina Aguilera
QG : Démocrates


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Ven 9 Aoû - 6:41

J'adore ton écriture et comme il n'y a pas de fautes c'est super à lire  
Relis-toi juste un petit peu car par moment il y a des incohérences dans tes phrases (je pense notamment à la partie passion ^^).
Mais ne t'inquiète pas tout ça c'est pour t'aider alors je te fais un pâté pour te dire que tu es validé et que je veux des liens illico    

Félicitations et bienvenue
Welcome on board

Félicitations pour ta validation. Je te propose un petit listing rapide pour t'aider au début. Pour la moindre chose, on se répète, mais n'hésite pas à nous harceler ! 

N'oublie pas de remplir les champs de ton profil pour qu'on en sache plus à propos de ton personnage. Tu peux aller remplir ton carnet d'adresses, ta chronologie, harceler les autres membres pour avoir un lien. Tu peux aussi aller voir dans les demandes diverses ce qui t'intéresse, parce qu'il est important de ne pas laisser son personnage démuni. Tu pourra aussi dépenser les dollars que tu accumulera avec le temps sur le forum et créer plein de choses pour ton personnage. Tu peux créer ton scénario si nécessaire et aller jeter un coup d’œil aux scenarii des autres et proposer des liens avec eux, ou avec un prédéfini du forum si tu as une idée en tête. Tu peux aussi proposer aux autres membres des liens avec ton scénario pour le rendre plus attrayant. Tu peux aussi d'ores et déjà intégrer le flood, t'incruster dans les jeux, dans la chatbox, intégrer un parti pour avoir accès à un QG secret quelque part sur le forum et bénéficier de bonus de jeux, bref, tout t'es désormais ouvert. Amuse-toi bien parmi nous !



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 50
DOLLARS : 111
AGE : 40 ans
JOB : Avocat des causes perdues, lanceur d'alerte, ex-ennemi public n°1, emmerdeur public n°1.
RANG : Démocrate, paraît-il.

PASSION : Son travail, le cinéma, l'Histoire, provoquer !
VICE/VERTU : La persévérance.
HUMEUR : Excellente.

COTE COEUR : Célibataire devant l'éternel.
HYMNE : Holiday - Green Day
QG : Unknown


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Ven 9 Aoû - 8:54

Yaaaay merci beaucoup pour cette validation express *w* ne t'en fais pas, je sais que quand je suis portée parmon enthousiasme j'écris un peu n'importe comment, j'ai dû oublier de me relire xD A très vite sur le forum alors **

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



Somebody's eyes are watching,
Somebody's out there, waiting for the show...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 27
DOLLARS : 110
AGE : 37 ans
JOB : Secrétaire d'Etat à la Sécurité intérieure
RANG : Démocrate

PASSION : La politique, encore et toujours
VICE/VERTU : La persévérance
HUMEUR : Inquiet

COTE COEUR : Marié, il aime tendrement sa femme et ses jumeaux
QG : Démocrates


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Ven 9 Aoû - 19:06

Franciiiis **

Je te l'ai déjà dit, mais je l'adore, ce personnage <3

Maintenant, on peut mettre en place notre lien **

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



La perfection est une chose insupportable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MISSIVES : 50
DOLLARS : 111
AGE : 40 ans
JOB : Avocat des causes perdues, lanceur d'alerte, ex-ennemi public n°1, emmerdeur public n°1.
RANG : Démocrate, paraît-il.

PASSION : Son travail, le cinéma, l'Histoire, provoquer !
VICE/VERTU : La persévérance.
HUMEUR : Excellente.

COTE COEUR : Célibataire devant l'éternel.
HYMNE : Holiday - Green Day
QG : Unknown


Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter. Ven 9 Aoû - 19:08

Ma némésis ** que tu es beau sur ce kit

Mais avec grand plaisir cher ennemi, j'ai hâte que nos duels commencent enfin et félicitations à toi aussi pour ta validation 8D

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



Somebody's eyes are watching,
Somebody's out there, waiting for the show...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Message(#) Sujet: Re: F.V ; So thanks for making me a fighter.

Revenir en haut Aller en bas
 

F.V ; So thanks for making me a fighter.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 04. Nothing's really making any sense at all.
» 02. Temptation's making circles around us.
» [K]eep making me laugh
» he's a one stop, got me hot, making my ugh pop - loxias
» Benji ✘ we're making all the same mistakes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE SPECTATOR  :: PROTAGONISTES :: PASSEPORTS :: ACCEPTÉS-