Partagez | .
 

 R.B.H - gone with the wind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BITCH #1

MISSIVES : 223
DOLLARS : 340
AGE : 29
JOB : secrétaire du chargé de communication de Maya Cavanaugh
RANG : le parti qui gagne

PASSION : les hommes
VICE/VERTU : l'envie
HUMEUR : coquine



Message(#) Sujet: R.B.H - gone with the wind Sam 20 Avr - 12:53




Romy « Bonnie Blue » Hamilton
« tout s’achète : l’amour, l’art, la planète terre, vous, moi... surtout moi »

PERSONNAGE RPLAYER
AGE: vingt-neuf ans.
DATE DE NAISSANCE: le 3 novembre 1983.
LIEU DE NAISSANCE: savannah, dans l'état de géorgie.
RANG: je suis pour le parti qui gagne et qui m'offre le meilleur post.
ORIENTATION: hétérosexuel.
VICE/VERTU: l'envie.
PASSION: les hommes.
PROFESSION: secrétaire du chargé de communication de Maya Cavanaugh.
REPUTATION: négative.
ANECDOTE: cette pauvre Romy ne sait pas nager et n'est pas capable d'aligner trois mouvements de brasse coulée. en même temps, personne ne le lui a jamais appris..
PSEUDO: fox'.
AGE: dix-neuf ans.
MULTICOMPTE: nope.
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM: bazzart.
CREDITS POUR LA FICHE: tumblr.


A WRITER IS A SPECTATOR

BONNIE BLUE + Si vous vous posez la question, mon deuxième prénom vient du roman préféré de ma mère : Bonnie Blue est la fille de Scarlett O'Hara et Rhett Butler dans Gone with the wind, le plus célèbre roman de Margaret Mitchell. C'était aussi comme ça que ma génitrice m'appelait quand elle avait besoin de me demander quelque chose. Ce qui arrivait beaucoup trop souvent, il faut le dire.
Ma mère était l’une de ces femmes trop idiotes. Romantiques, rêveuses, qui peuvent tomber amoureuses d’un seul coup d’oeil. Née dans la pluvieuse ville de Seattle, elle avait débarqué très jeune à Savannah, en Géorgie, la ville de ses rêves depuis qu’elle avait lu Gone with the wind. Vous l’aurez compris, ma mère était du genre à s’installer quelque part juste parce que c’était le lieu de son roman préféré. Pathétique. Elle y avait trouvé un petit boulot de serveuse dans un restaurant tout pourri. Elle y avait rencontré un homme, un salaud de première, Lawrence Hamilton. Violent, alcoolique, flemmard. Je n’arrive toujours pas à savoir si elle est réellement tombée amoureuse de lui ou simplement de son nom de famille, qu'on retrouve lui aussi dans le roman. Toujours est-il que cet homme est devenu mon père et que je ne l'ai plus revu depuis mes dix ans, après qu'il soit parti et qu'il nous ait abandonnés du jour au lendemain, ma mère, mon frère et moi. Après son départ, ma mère est devenue un véritable déchet. Elle a commencé à boire, elle a quitté son boulot. Quand à mon frère et moi, je ne vous en parle même pas : à vrai dire, on était juste là pour lui permettre de toucher l'argent des aides sociales. Un vrai film en fait. C'est à ce moment là que j'ai décidé que jamais, ô grand jamais, je ne lui ressemblerai.
Enfin ça, c'est plus facile à dire qu'à faire malgré tout. Contrairement à mes petits camarades de classe, je n'ai jamais pu me payer de cours particuliers pour combler mes lacunes en mathématiques. Je n'ai jamais pu, et jamais eu l'envie en réalité, de visiter des musées, d'aller toutes les semaines au cinéma, de me cultiver et de devenir une personne meilleure et plus intelligente. Je n'ai jamais pu me payer mes propres cigarettes, je devais toujours les demander aux copines avec mon air de "promis, c'est la dernière, je m'en rachète un paquet ce soir". Après le lycée, je n'ai pas été à l'université comme la plupart des jeunes de mon âge mais dans le community college tout pourri de Savannah. Non pas que je n'étais pas assez intelligente, j'avais même eu mon diplôme de fin de lycée avec des notes plus qu'honorables. Ma mère n'avait simplement pas les moyens de me payer une université hors de prix étant donné que tous l'argent qu'on pouvait recevoir des aides sociales passaient dans de l'alcool ou de la bouffe indigeste. J'en suis ressortie deux ans plus tard, avec un associate degree en "public service-related technologies". Du chinois quoi. Ce diplôme me permettait de travailler dans les bas-étages des services gouvernementaux et fédéraux, ce que j'ai commencé à faire de suite pour enfin gagner un vrai salaire - vendre des hamburgers le soir après le lycée, ça comptait pas vraiment. Et là, ma vie a véritablement commencé à changer.

ROMY + J'ai commencé à travailler à la mairie de Savannah assez rapidement et six mois après, j'avais fait assez d'économie pour pouvoir m'installer seule dans un appartement à l'autre bout de la ville, le plus loin possible de mère. Pendant un temps, mon frère m'a détestée pour l'avoir abandonné avec cette vieille folle mais bon, j'étais un peu la seule famille mentalement normale qui lui restait alors il a bien du me pardonner à un moment. A partir de ce moment-là, plus personne ne m'appela jamais plus Bonnie Blue. Ce n'était pas plus mal, c'était un nom ridicule. Scarlett devait être vraiment stupide pour appeler sa fille comme ça. D'ailleurs, j'ai du mal à comprendre le culte que l'ensemble des Etats-Unis pour cette fille. Après tout, à la fin du roman, elle finit complètement folle et seule de surcroît, Rhett ayant préféré la quitter. Où est la gloire d'une femme si un homme arrive à la quitter ?
Le boulot à la mairie était follement ennuyant mais au moins, il me permettait de subvenir à mes besoins et d'être autonome. Adieu les aides sociales, je n'étais plus une assistée de la société. Assez vite, j'ai commencé à avoir une liaison avec le conseiller municipal aux sports, rencontré lors d'un pot de bureau. Petite trentaine, barbe de trois jours, copine conne : la cible idéale pour moi, mon fond de commerce depuis ce temps là. Sans avoir rien demandé, il m'a offert une promotion et un poste au service des sports. C'est à ce moment-là que j'ai trouvé ma porte de sortie dans cet enfer : la promotion canapé. La recette était simple mais devait être maîtrisée à merveille pour pouvoir fonctionner : tout d'abord, commencez par draguer un peu mais pas trop un homme placé au dessus de vous dans votre hiérarchie ou dans l'organigramme de votre société. Ensuite, l'étape la plus difficile du processus, réussissez à vous rendre indispensable à ses yeux : vous devez alors vous rendre assez importante dans sa vie pour qu'il vous veuille pour lui tout seul. Si vous vous en sortez, le mâle vous offrira presque sans broncher la promotion de vos rêves pour que vous soyez à lui et rien qu'à lui. Que les hommes sont naïfs ... Comme si je pouvais me contentez d'un seul d'entre eux quand je pouvais tous les avoir ! De fil en aiguilles, j'ai grimpé les échelons pour finalement quitter la mairie de Savannah pour la mairie d'Atlanta, et la mairie d'Atlanta pour le secrétariat de l'Etat de Georgie. Je restais rarement plus de six mois à chaque poste, m'attirant les faveurs des hommes, les foudres des autres femmes. C'est à Atlanta, quand je travaillais pour l'Etat que j'ai rencontré Peter. Ce type était un porc, sans doute le pire de tous ceux que j'ai fréquenté. Celui-là, même sa femme l'avait quitté. Mais Peter avait du pouvoir et c'était ce que je recherchais. Lui, il avait besoin de sexe et je pouvais lui offrir. Après quatre mois d'une liaison répugnante que j'essayais d'assumer, Peter m'a proposé un poste à Washington. Il soutenait là-bas la candidate Maya Cavanaugh. Il faut savoir que parmi les hommes que je choisissais, je n'ai jamais fait aucune distinction selon le parti politique. Je n'avais pas la prétention de dire que je m'y connaissais assez bien pour faire un choix juste et objectif alors je préférais ne pas en faire. Et puis comme ça, ça me laissait encore plus de choix et m'ouvrait encore plus de portes. Bref, Peter me proposa de rejoindre la campagne de Cavanaugh là-bas, à Washington et d'assister le chargé de communication. C'était là une proposition beaucoup trop alléchante pour que je puisse la refuser : une fois à Washington, tout était possible pour moi, que ça soit à la mairie ou - comble du rêve - à la Maison Blanche, lieu de tous mes fantasmes et de tous mes rêves. Adieu Géorgie, adieu campagne et bouseux : une semaine plus tard, j'avais fait mes valises direction la capitale.

MISS HAMILTON + cela fait trois mois aujourd'hui que je suis arrivée à Washington. Quand je me réveille le matin et que le temps est bien dégagé, je peux apercevoir l'aile droite de la maison blanche depuis la fenêtre de ma salle de bain. Je ne vis pas dans la quartier le plus réputé de la ville mais je m'en fiche, je découche très souvent à vrai dire. Il y a tout ici pour faire mon bonheur : des magasins, des gens importants, des hommes à corrompre. Que demander de plus ? Ça fait aujourd'hui trois mois que je suis à Washington et que je travaille sous les ordres de Clark. Clark est le chargé de la communication de la campagne de Maya Cavanaugh. Clark est beau, intelligent, ambitieux, gentil, prévenant. Clark est un amant très appréciable avec qui je passe beaucoup de bon temps et qui me comprend parfaitement - sexuellement parlant je veux dire. Le problème, c'est que Clark n'est pas du tout corrompu, qu'il est l'homme le plus honnête du monde et qu'il refuse pour l'instant le poste que je veux, celui de responsable des relations presse. Mais je vous jure que je l'aurais un jour, je l'aurais.


WISHFUL SINFUL
Si tu étais un livre: The Great Gatzby.
Si tu étais un film: The Ides of March.
Si tu étais une chanson: Angie des Rolling Stones.
Si tu étais un rêve: Devenir Présidente des Etats-Unis d'Amérique.
Si tu étais une crainte: Tomber dans l'oubli.
Si tu étais un animal: Un renard.
Si tu étais un objet: Un préservatif.
Si tu étais un élément: Le feu.



Dernière édition par Romy B. Hamilton le Sam 20 Avr - 17:07, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BITCH #1

MISSIVES : 223
DOLLARS : 340
AGE : 29
JOB : secrétaire du chargé de communication de Maya Cavanaugh
RANG : le parti qui gagne

PASSION : les hommes
VICE/VERTU : l'envie
HUMEUR : coquine



Message(#) Sujet: Re: R.B.H - gone with the wind Sam 20 Avr - 12:53

+1 :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'M OBSESSED WITH THE
MESS THAT'S AMERICA

MISSIVES : 497
DOLLARS : 784
AGE : 27 ans
JOB : Journaliste
RANG : Démocrate

PASSION : Le cinéma
VICE/VERTU : La Luxure
HUMEUR : Neurasthénique

COTE COEUR : Célibataire instable, incapable d'avoir une relation durable, en couple un jour sur deux
HYMNE : En cours de réflexion
QG : Unknown


Message(#) Sujet: Re: R.B.H - gone with the wind Sam 20 Avr - 13:27

Je suis contente que tu aies décidé de t'inscrire plus tôt
Bienvenue et bon courage pour ta fiche. Si tu as encore la moindre question, vraiment, n'hésite pas.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Old, but I'm not that old. Young, but I'm not that bold. I could lie, coudn't I, could lie. Everything that kills me makes me feel alive. Everything that drowns me makes me wanna fly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SO CAN WE CHANGE OR
IS THIS SURRENDER?

MISSIVES : 802
DOLLARS : 559
AGE : 24 ans
JOB : étudiante en littérature
RANG : démocrate

PASSION : la culture européenne
VICE/VERTU : la persévérance
HUMEUR : taquine

COTE COEUR : célibataire officiellement, officieusement amoureuse de Caitlin avec laquelle elle a rompu pour la énième fois.
QG : Démocrates


Message(#) Sujet: Re: R.B.H - gone with the wind Sam 20 Avr - 13:41

CLÉMEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEENNNNNNNNNNNNNNNNNNCE

Officiellement, bienvenue, la CB c'pas officiel parait-il...

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


i'm mad, you're mad,
we're all made here
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
/ LOVESOUNDS

MISSIVES : 1028
DOLLARS : 574
AGE : 31 ans.
JOB : Candidat au poste de représentant dans le 48ème district.
RANG : Républicain.

PASSION : Les bâteaux.
VICE/VERTU : L'avarice.
HUMEUR : Gourmande.



Message(#) Sujet: Re: R.B.H - gone with the wind Sam 20 Avr - 14:04

Non c'est pas officiel angel

Bienvenue parmi nous you rock

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



YOU GOT THE LOOK
OF A KENNEDY.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'M OBSESSED WITH THE
MESS THAT'S AMERICA

MISSIVES : 497
DOLLARS : 784
AGE : 27 ans
JOB : Journaliste
RANG : Démocrate

PASSION : Le cinéma
VICE/VERTU : La Luxure
HUMEUR : Neurasthénique

COTE COEUR : Célibataire instable, incapable d'avoir une relation durable, en couple un jour sur deux
HYMNE : En cours de réflexion
QG : Unknown


Message(#) Sujet: Re: R.B.H - gone with the wind Sam 20 Avr - 16:19

Aaah, comme les gens assoiffés de pouvoir font des personnages intéressants bravo
J'ai beaucoup aimé ta fiche, et la manière dont tu as présenté Romy. Je valide évidemment. Tu peux aller meubler la vie de Bonnie Blue (oups Romy pardon smile) :l: Par contre je pense que tu t'es trompée de dix ans pour l'année de naissance. Et tu as oublié le portrait chinois du livre, c'est normal? bucktooth

The Spectator attend tes secrets evil

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Old, but I'm not that old. Young, but I'm not that bold. I could lie, coudn't I, could lie. Everything that kills me makes me feel alive. Everything that drowns me makes me wanna fly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BITCH #1

MISSIVES : 223
DOLLARS : 340
AGE : 29
JOB : secrétaire du chargé de communication de Maya Cavanaugh
RANG : le parti qui gagne

PASSION : les hommes
VICE/VERTU : l'envie
HUMEUR : coquine



Message(#) Sujet: Re: R.B.H - gone with the wind Sam 20 Avr - 17:08

en effet, mon doigt avait du riper pour l'année de naissance ^^ et c'est réparé pour le livre !

merci beaucoup en tout cas giggle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Message(#) Sujet: Re: R.B.H - gone with the wind

Revenir en haut Aller en bas
 

R.B.H - gone with the wind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 08. Anyway the wind blows doesn't really matter to me
» ..:: Wind of change ::.. (Pv Einar)
» Wind Horses.
» ~ Wind Horses, RPG équin.
» Wind

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE SPECTATOR  :: PROTAGONISTES :: PASSEPORTS :: ACCEPTÉS-